L'union libre

 

Ma femme à la chevelure de feu de bois

Aux pensées d'éclairs de chaleur

A la taille de sablier

Ma femme à la taille de loutre entre les dents du tigre

Ma femme à la bouche de cocarde et de bouquets d'étoiles de dernière grandeur

Aux dents d'empreinte de souris blanche sur la terre blanche

A la langue d'ambre et de verre frottés

Ma femme à la langue d'hostie poignardée

A la langue de poupée qui ouvre et ferme les yeux

A la langue de pierre incroyable

Ma femme aux cils de bâton d'écriture d'enfant

Aux sourcils de bord de nid d'hirondelle

Ma femme aux tempes d'ardoise de toit de serre

Et de buée aux vitres

Ma femme aux épaules de champagne

Et de fontaine à têtes de dauphins sous la glace

Ma femme aux poignets d'allumette

Ma femme aux doigts de hasard et d'as de cœur

Aux doigts de foin coupé

Ma femme aux aisselles de martre et de fênes

De nuit de la Saint Jean

De troène et de nids de scalares

Aux bras d'écume de mer et d'écluse

Et de mélange du blé et du moulin

Ma femme aux jambes de fusée

Aux mouvements d'horlogerie et de désespoir

Ma femme aux mollets de moelle de sureau

Ma femme aux pieds d'initiales

Aux pieds de trousseaux de clefs aux pieds de calfats qui boivent

Ma femme au cou d'orge imperlé

Ma femme à la gorge de val d'or

De rendez-vous dans le lit même du torrent

Aux seins de nuit

Ma femme aux seins de taupinière marine

Ma femme aux seins de creuset du rubis

Aux seins de spectre de la rose sous la rosée

Ma femme au ventre de dépliement d'éventail des jours

Au ventre de griffe géante

Ma femme au dos d'oiseau qui fuit vertical

Au dos de vif argent

Au dos de lumière

A la nuque de pierre roulée et de craie mouillée

Et de chute d'un verre dans lequel on vient de boire

Ma femme aux hanches de nacelle

Aux hanches de lustre et de pennes de flèche

Et de tiges de plumes de paon blanc

De balance insensible

Ma femme aux fesses de grès et d'amiante

Ma femme aux fesses de dos de cygne

Ma femme aux fesses de printemps

Au sexe de glaïeul

Ma femme au sexe de placer et d'ornithorynque

Ma femme au sexe d'algue et de bonbons anciens

Ma femme au sexe de miroir

Ma femme aux yeux pleins de larmes

Aux yeux de panoplie violette et d'aiguille aimantée

Ma femme aux yeux de savane

Ma femme aux yeux d'eau pour boire en prison

Ma femme aux yeux de bois toujours sous la hache

Aux yeux de niveau d'eau de niveau d'air de terre et de feu

 

 

 

自由结合

 

我老婆的头发是熊熊篝火

思维是盛夏的闪电

腰身是沙漏

我老婆的腰身是老虎的牙口里水獭的尺码

我老婆的嘴巴是帽徽和一束束最高等的星辰

牙齿是白鼠在白泥上的印迹

舌头是擦亮的琥珀和玻璃

我老婆的舌头是被刺伤的圣饼

舌头是会睁开闭上眼睛的洋娃娃

舌头是令人难以置信的灵石

我老婆的睫毛是儿童写写划划的线条

眉毛是燕窝的边缘

我老婆的鬓角是铺了板岩的温室屋顶

窗棂上还水雾蒙蒙

我老婆的肩膀是香槟酒

是冰面下海豚脑袋的喷泉

我老婆的手腕是火柴

我老婆的手指是彩票和红心A

手指是割下的干草

我老婆的腋窝是黑貂和晒草场

在圣约翰之夜

是女贞子和神仙鱼的藏身处

手臂是海泡石和船闸

是小麦和磨坊的混合体

大腿是纺锤

运动是钟表和绝望

我老婆的小腿是接骨木的髓质

我老婆的双脚是花体字母

双脚是饮酒的捻缝工脚下的大串扳手

我老婆的颈脖是珍珠麦

我老婆的喉咙是黄金峡谷

是同一条湍流的河床交汇处

乳房是夜晚

我老婆的乳房是海底的鼹鼠丘

我老婆的乳房是红宝石坩埚

乳房是沾露玫瑰的光谱

我老婆的肚皮是日光下打开的折扇

肚皮是巨爪

我老婆的背是垂直起飞的鸟

背是水银

背是光

后脖是磨圆的石头和潮湿的白垩

是微醺的人手里滑落的杯

我老婆的臀部是划艇

臀部是釉光和箭羽

和白孔雀翎毛的茎干

有着微妙的平衡

我老婆的屁股是砂岩和石棉

我老婆的屁股是天鹅的背

我老婆的屁股是春天

性是剑兰

我老婆的性是金砂洲和鸭嘴兽

我老婆的性是海藻和老式的糖果

我老婆的性是镜子

我老婆的眼睛装满泪水

眼睛是紫色盔甲和磁针

我老婆的眼睛是大草原

我老婆的眼睛是监狱里喝的水

我老婆的眼睛是斧头砍不完的木材

眼睛是水位计气压计是土和火

 

1931

 

 

 

Vigilance

 

À Paris la tour Saint-Jacques chancelante

Pareille à un tournesol

Du front vient quelquefois heurter la Seine et son ombre glisse imperceptiblement parmi les remorqueurs

À ce moment sur la pointe des pieds dans mon sommeil

Je me dirige vers la chambre où je suis étendu

Et j'y mets le feu

Pour que rien ne subsiste de ce consentement qu'on m'a arraché

Les meubles font alors place à des animaux de même taille qui me regardent fraternellement

Lions dans les crinières desquels achèvent de se consumer les chaises

Squales dont le ventre blanc s'incorpore le dernier frisson des draps

À l'heure de l'amour et des paupières bleues

Je me vois brûler à mon tour je vois cette cachette solennelle de riens

Qui fut mon corps

Fouillé par les becs patients des ibis du feu

Lorsque tout est fini j'entre invisible dans l'arche

Sans prendre garde aux passants de la vie qui font sonner très loin leurs pas traînants

Je vois les arêtes du soleil

À travers l'aubépine de la pluie

J'entends se déchirer le linge humain comme une grande feuille

Sous l'ongle de l'absence et de la présence qui sont de connivence

Tous les métiers se fanent il ne reste d'eux qu'une dentelle parfumée

Une coquille de dentelle qui a la forme parfaite d'un sein

Je ne touche plus que le cœur des choses je tiens le fil

 

 

 

警醒

 

在巴黎那摇摇欲坠的圣雅各塔

仿佛一株向日葵

它的前额不时碰一下塞纳河而它的影子微微地在拖轮之间掠过

与此同时我在睡梦中踮着脚尖

走到我的卧室

并把火点燃

这样就不会有什么东西硬是要我同意

但一件件家具也化作同样大小的动物并望着我亲如手足

鬃毛浓密的狮子消灭了靠椅

白肚皮的鲨鱼吞并床单的最后战栗

在这爱和蓝色眼睑的时辰

我看到我自己在燃烧然后我看见这堂皇的虚无庇护所

那就是我的身体

被烈火朱鹭那耐心的喙细细搜寻

当一切结束时我无形的进入方舟

不去留意那些生命过客远远趿拉脚步的声音

我看见日光的背脊

透过山楂树的雨

我听见人类的织物像一片巨叶那样破碎

于存在和不在勾结一气的利爪之下

所有的纺机都衰败了只留下一段余香的丝带

一个丝带的贝壳具有乳房的丰满形状

我只抚摸事物的心我要抓线索

 

1932

 

 

 

Non-lieu

 

Art des jours art des nuits

La balance des blessures qui s'appelle Pardonne

Balance rouge et sensible au poids d'un vol d'oiseau

Quand les écuyeres au col de neige les mains vides

Poussent leurs chars de vapeur sur les prés

Cette balance sans cesse affolée je la vois

Je vois l'ibis aux belles manières

Qui revient de l'étang lacé dans mon coeur

Les roues du rêve charment les splendides ornières

Qui se lèvent très haut sur les coquilles de leurs robes

Et l'étonnement bondit de-ci de-là sur la mer

Partez ma chère aurore n'oubliez rien de ma vie

Prenez ces roses qui grimpent au puits des miroirs

Prenez les battements de tous les cils

Prenez jusqu'aux fils qui soutiennent les pas des danseurs de corde et des gouttes d'eau

Art des jours art des nuits

Je suis à la fenêtre très loin dans une cité pleine d'épouvante

Dehors des hommes à chapeau claque se suivent à intervalle regulier

Pareils aux pluies que j'aimais

Alors qu'il faisait si beau

"A la rage de Dieu" est le nom d'un cabaret où je suis entré hier

Il est écrit sur la devanture blanche en lettres plus pâles

Mais les femmes-marins qui glissent derrière les vitres

Sont trop heureuses pour être peureuses

Ici jamais de corps toujours l'assassinat sans preuves

Jamais le ciel toujours le silence

Jamais la liberté que pour la liberté

 

 

 

免于起诉

 

日的艺术夜的艺术

伤害的天平器称为宽恕

红色天平敏感于鸟儿飞行的重量

当身披雪白毛领的女骑士们空着两手

驱动她们的蒸汽马车穿过牧场

这天平便惊惶不已我见过

我看见朱鹭仪态万方

从湖畔归回又系在了我的心里

那美梦的车轮那光辉的辙印

高高伸展到她们长袍的贝壳上

还有在那海面上四处蹦蹦跳跳的惊愕

离去吧我亲爱的黎明对我生活莫要遗忘

抓住这些攀爬于镜之井的玫瑰

抓住每一丝眼睫的颤动

抓住那条线索吧它支撑着绳舞者和水滴的脚步

日的艺术夜的艺术

我身在远远的窗户在一个充满恐惧的城市

出离于那些紧跟着定时歇幕的高帽人士

就像我爱下雨

如果天气很好的话

“上帝的怒火”这个名字是我昨天去过的酒馆

写在白色门面上的更灰白的字母

但水手的妞儿们在窗后转悠

都开心得不知道害怕了

这里从没有尸体但总有缺乏证据的谋杀

从没有天空但总有寂静

从没有自由除非只为了自由

 

1926 ?

 

 

 

Tournesol

à Pierre Reverdy

 

La voyageuse qui traversa les Halles à la tombée de l'été

Marchait sur la pointe des pieds

Le désespoir roulait au ciel ses grands arums si beaux

Et dans le sac à main il y avait mon rêve ce flacon de sels

Que seule a respirés la marraine de Dieu

Les torpeurs se déployaient comme la buée

Au Chien qui fume

Où venaient d'entrer le pour et le contre

La jeune femme ne pouvait être vue d'eux que mal et de biais

Avais-je affaire à l'ambassadrice du salpêtre

Ou de la courbe blanche sur fond noir que nous appelons pensée

Le bal des innocents battait son plein

Les lampions prenaient feu lentement dans les marronniers

La dame sans ombre s'agenouilla sur le Pont-au-Change

Rue Gît-le-Coeur les timbres n'étaient plus les mêmes

Les promesses des nuits étaient enfin tenues

Les pigeons voyageurs les baisers de secours

Se joignaient aux seins de la belle inconnue

Dardés sous le crêpe des significations parfaites

Une ferme prospérait en plein Paris

Et ses fenêtres donnaient sur la voie lactée

Mais personne ne l'habitait encore à cause des survenants

Des survenants qu'on sait plus dévoués que les revenants

Les uns comme cette femme ont l'air de nager

Et dans l'amour il entre un peu de leur substance

Elle les intériorise

Je ne suis le jouet d'aucune puissance sensorielle

Et pourtant le grillon qui chantait dans les cheveux de cendre

Un soir près de la statue d'étienne Marcel

M'a jeté un coup d'oeil d'intelligence

André Breton a-t-il dit passe

 

 

 

向日葵

致皮埃尔·勒韦迪

 

一位女香客穿过大市场在夏日的傍晚

她踮着脚尖行走

绝望在空中呼旋它那美丽的巨花海芋

而坤包里装着我的梦想那一小瓶嗅盐

唯有信主的教母曾吸过

迟钝像蒸汽一样蔓延

在抽烟狗

正方和反方都刚走进那里

这位年轻女子可能只被他们模糊歪斜地看见

我要应付的是芒硝的女大使

或黑底色上的白曲线即我们所谓思想

老实人的舞会正值高潮

灯笼在栗子树林里慢慢着火

这位没有影子的女士屈膝于兑换桥

心墓街的铃声不再响得一样

夜晚的承诺最终都得以信守

远行的鸽子和庇佑的亲吻

联结于这位无名美人从含义丰富的

皱纱下投射而出的胸脯

一座农场兴旺在巴黎市中心

而它的窗户正对着银河

但是还没有人在那里生活因为不速之客

这些客人我们比幽灵了解得更为专注

有的比如这一位女子像是在游泳

并在爱中掺入了些许他们的物质

让她吸收于内心

我不是毫无知觉官能的玩物

然而蟋蟀正在灰白头发中鸣唱

一个黄昏临近艾蒂安·马塞尔的雕像

抛给我一道会意的眼神

他说走开安德烈·布勒东

 

 

 

Sur la route de San Romano

 

La poésie se fait dans un lit comme l'amour

Ses draps défaits sont l'aurore des choses

La poésie se fait dans les bois

 

Elle a l'espace qu'il lui faut

Par celui-ci mais l'autre que conditionnent

 

    L'œil du milan

    La rosée sur une prèle

    Le souvenir d'une bouteille de Traminer embuée sur un plateau d'argent

    Une haute verge de tourmaline sur la mer

    Et la route de l'aventure mentale

    Qui monte à pic

    Une halte elle s'embroussaille aussitôt.

 

Cela ne se crie pas sur les toits

Il est inconvenant de laisser la porte ouverte

Ou d'appeler des témoins

 

    Les bancs de poissons les haies de mésanges

    Les rails à l'entrée d'une grande gare

    Les reflets des deux rives

    Les sillons dans le pain

    Les bulles du ruisseau

    Les jours du calendrier

    Le millepertuis

 

L'acte d'amour et l'acte de poésie

Sont incompatibles

Avec la lecture du journal à haute voix

 

    Le sens du rayon de soleil

    La lueur bleue qui relie les coups de hache du bûcheron

    Le fil du cerf-volant en forme de coeur ou de nasse

    Le battement en mesure de la queue des castors

    La diligence de l'éclair

    Le jet de dragées du haut des vieilles marches

    L'avalanche

 

La chambre aux prestiges

Non messieurs ce n'est pas la huitième Chambre

Ni les vapeurs de la chambree un dimanche soir

 

    Les figures de danse exécutée en transparence au-dessus des mares

    La delimitation contre un mur d'un corps de femme au lancer de poignards

    Les volutes claires de la fumée

    Les boucles de tes cheveux

    La courbe de l'éponge des Philippines

    Les laces du serpent corail

    L'entrée du lierre dans les ruines

    Elle a tout le temps devant elle

 

L'étreinte poetique comme l'étreinte de chair

Tant qu'elle dure

Défend toute échappée sur la misère du monde

 

 

 

去圣罗马诺的路上

 

诗是在床上做的就像爱

它踢乱的床单是事物的黎明

诗是在林子里做的

 

她有她所需的空间

不是这个而是另一个才能决定

 

猎鹰的眼睛

马尾草上的露珠

对银托盘上一瓶雾蒙蒙的特拉明酒的回忆

高矗在海边的一根碧玺石柱

以及智力探险之路

它笔直耸立

稍有迟疑便会杂乱丛生

 

它不应在屋顶上叫喊

它不适合开着门做

或者传唤见证人

 

成群成群的鱼满篱满篱的山雀

通往一个大车站的铁轨

两侧河岸的倒影

面包上的褶皱

溪流的泡沫

年历的日子

千眼草

 

爱的行为和诗的行为

皆不相容

于高声地念报纸

 

阳光照射的方向

伐木工的斧子上紧缚的蓝影

心形或鱼篓状的风筝线

水獭的尾巴有节奏的拍打

闪电的坚毅

从旧楼道顶上抛洒的小糖果

雪崩

 

魔法室

不,先生们,不是第八室【?

也不是星期天傍晚的寝室里的熏天臭气

 

在池塘上空透明地表演舞蹈的形象

正对着墙壁上的飞刀掷出的女体轮廓

香烟的透亮的盘旋

你长发的卷缕

菲律宾海绵的曲线

珊瑚蛇的盘卷

废墟里春藤缠绕的通道

她有她将来的全部时间

 

诗的拥抱如同肉体的拥抱

若它持续

将禁止对世界苦难的一切瞥视

 

1948

 

 

 

罗池译稿 2014/11